La reproduction des dauphins heurtée par la catastrophe pétrolière de BP

La reproduction des dauphins heurtée par la catastrophe pétrolière de BP

Les dauphins vivant dans une baie en Louisiane polluée par la catastrophe pétrolière de BP ont traversé une période très difficile pour donner naissance, car leur baie était couverte de nappes de pétrole.

L’étude du gouvernement faite par une équipe de scientifiques est la plus récente qui a suivi la santé d’une population de dauphins communs dans la baie de Barataria, un estuaire au sud de la Nouvelle-Orléans recouvert de nappes lourdes après le déversement pétrolier de BP en Avril 2010 au large des côtes de la Louisiane.

Les chercheurs ont suivi 10 dauphins enceints pendant près de quatre ans et ont constaté que seulement deux des dauphins ont donné naissance à leurs petits.

La catastrophe de BP a tué 11 travailleurs à bord de la plateforme de forage Deepwater Horizon et a renversé plus de 130 million de gallons de pétrole dans le golf du Mexique en 2010.

Après le déversement, les chercheurs ont trouvé des dauphins dans Barataria souffrant de maladies pulmonaires ainsi que des anomalies qu’ils ont pu associer à l’exposition à la contamination du pétrole. Depuis lors, les dauphins ont été analysés à de nombreuses reprises pour évaluer les effets de la marée noire. En Aout 2011, environ un an après l’arrêt de la fuite, les chercheurs ont étiqueté 32 dauphins et les ont suivis pour voir ce qu’il allait arriver.

La nouvelle étude a révélé que les dauphins ont souffert d’un taux élevé de mortalité et de maladies chroniques qui ont nui à la capacité des animaux à se reproduire. L’étude a indiqué que les effets de la marée noire ‘ont été de longue durée.’

« Le message à retenir est que cette population de dauphins, ainsi que d’autres populations de dauphins et de baleines qui ont été exposé à l’huile de Deepwater Horizon, va prendre beaucoup de temps pour être à de nouveau saine », a déclaré Lori Schwacke, une épidémiologiste de la faune avec la National Oceanic and Atmospheric administration. Elle était la chercheuse principale.

Schwacke a constaté que les données des années 2013 et 2014 sur les taux de reproduction contenaient des problèmes persistants. Ces données n’étaient pas incluses dans la nouvelle étude. Les dauphins sont lents à atteindre la maturité sexuelle, et une fois qu’ils l’ont atteinte, il faut environ un an pour qu’ils donnent naissance. Ils ne donnent naissance qu’à un seul petit tous les trois à cinq ans. Dans un récent rapport sur la restauration du Golfe, les scientifiques du gouvernement disent que les populations mammifères vont surement mettre plusieurs décennies pour se remettre de la marée noire.

BP a refusé de commenter l’étude.

Cynthia Smith, la directrice exécutive de la National Marine Mammal Foundation et chercheuse dans l’étude, a déclaré que les dauphins souffrent très probablement de problèmes de santé persistants après avoir nagé dans les nappes d’huiles couvrant Barataria.

« Ces effets sur la santé peuvent durer longtemps », a constaté Smith. « Cet effet n’est pas passager. »

Les chercheurs ont estimé qu’il y avait environ 2300 dauphins vivant dans Barataria lors du déversement et que près de 35 pourcent d’entre eux sont morts à cause de la catastrophe.

La côte du Golfe entre l’Alabama et la Louisiane abrite la plus grande population des dauphins, dit Moby Solangi, le supérieur de l’Institut d’études sur les mammifères marins à Gulfport, au Mississippi.

Solangi, qui ne faisait pas partie de l’étude, a dit qu’il soutenait la cause, mais que plus de travail devait être fourni afin de déterminer avec plus de certitude les conséquences fatales du déversement sur les dauphins.

« Barataria était une baie polluée avant le déversement de pétrole, et elle continuera de l’être », a déclaré Solangi. Il dit que la santé à long terme des dauphins et d’autres mammifères dépend de notre responsabilité à assurer que les autres sources de pollution sont traitées aussi, tel que d’autres déversements de pétrole et de contaminants transportés sur le fleuve du Mississippi.

« Vous devez faire des connections entre les secteurs, mais cela n’a pas été fait, » a-t-il ajouté. « Nous devons nous intéresser à l’intégralité de l’écosystème pour voir comment ces animaux vont guérir. »

Source: CAIN BURDEAU, ASSOCIATED PRESS