Notre histoire

Tout a commencé un jour en Italie…

En regardant tout ce qui restait sur les étalages des poissonneries après la fermeture d’un marché local, les larmes me sont venues aux yeux. Qui a si mal calculé la quantité de poisson à vendre? Est-ce à ce point l’avidité qui a pris le dessus sur la raison, espérant que plus de clients achètent encore plus de poisson alors que la mer se vide?

Les visions de court terme n’ont jamais mené à des décisions sages. Et en matière de pêche « moderne », les pratiques actuelles mettent en danger non seulement les entreprises qui continuent de les adopter mais plus globalement participent dramatiquement à l’accélération des conséquences catastrophiques pour l’ensemble de la population mondiale. En effet, la surpêche et les captures accidentelles de multiples espèces de poissons et de cétacés (en particulier les dauphins) polluent et détruisent la vie marine de nos océans.

Nous devons nous assurer qu’il y aura assez de nourriture pour tous sans détruire les océans!

Quelques pensées du coeur le jour même…

  • Pourquoi tant de personnes veulent-elles nager avec des dauphins ?
  • Pourquoi les humains paient-ils si cher pour admirer des dauphins dans un aquarium ?
  • Pourquoi les gens dépensent-ils tant d’argent et de temps pour observer des baleines ?
  • Pourquoi voyage-t-on si loin pour admirer des baleines ou des dauphins dans leur milieu naturel ?

 

Nous ne comprenons pas pourquoi tant d’humains tuent ces mammifères sans émotions ni remords et qu’il y a si peu de protestations contre cette cruauté.

Ces beaux mammifères que sont les baleines et les dauphins doivent non seulement affronter l’industrie de la chasse dont ils sont victimes, mais aussi la pollution, le changement climatique, la perte de leurs sources alimentaires, les substances toxiques et chimiques, les tests de sonar, l’absorption fatale de tonnes de plastique ou encore l’enchevêtrement dans les équipements de pêche.

Que restera-t-il à admirer dans la nature si on la détruit ? Et qu’en restera-t-il dans quelques années pour nos enfants ?

Les zoos, les aquariums et les réserves artificielles seront peut-être les seuls endroits où nous pourrons encore découvrir ce qui était autrefois un élément naturel dans nos vies… Espérons qu’avec le temps, ces espaces ‘non-naturel’ disparaîtront aussi. Les mammifères appartiennent à l’océan et NON aux aquariums. Les animaux sauvages appartiennent à leur habitat naturel et NON aux parcs zoologiques ou aux réserves !

Nous devons agir maintenant et utiliser l’intelligence humaine inspirée de l’intelligence des dauphins et des baleines pour sauver l’océan et ses magnifiques mammifères.

Fondatrice: Berit Legrand

« La vie et ses circonstances nous amènent tous et toutes vers certaines destinations, mais cela ne signifie pas qu’il faut y rester ! Étant sans cesse confrontée à la cruauté envers les animaux et à la détérioration de nos océans que l’humanité cause, j’ai enfin compris qu’il était temps pour moi d’agir et de défendre cette cause avec la même énergie et la même passion que celles déployées dans d’autres domaines de ma vie active». Avec plus de 38 ans dans l’industrie du coaching et plus de 25 ans dans le monde financier, Berit a un passé assez atypique par rapport à d’autres dans son domaine. Son amour et sa passion pour l’océan et les animaux l’ont suivi depuis sa jeunesse.