Les dauphins et leur environnement

Habitat

La plupart des espèces de dauphins vivent en eaux salées, mais certains se développent en eau douce. Une chose tragique que les amateurs de dauphins peuvent voir est les dauphins échoués sur la plage: un groupe de dauphins qui semble s’être suicidé en nageant jusque sur la plage en y échouant. Pourquoi font-ils cela?

La théorie la plus dominante est que quelque chose perturbe leur écholocation, en les aveuglant près de la plage par rapport à l’océan ouvert. Etant donné que cela survient souvent près de zones d’activités sonar humaines, on pense que cela a un impact sur eux.

Certaines autopsies récentes de dauphins échoués montrent un pourcentage élevé de dégâts auditifs, suggérant qu’un sons puissant les a rendus sourds.

Les dauphins ont une bonne vision, mais sans leur audition, ils sont aveugles et désorientés. Et quand un dauphin échoue sur la plage, les autres sont en danger car ils essayent de l’aider.

Problèmes environnementaux

Plastique:

Environ 8 millions de tonnes de plastique finissent dans l’océan chaque année. Au mois 5.25 trillions de pièces de plastique se trouvent actuellement dans l’océan, dont un tiers est concentré dans le Vortex de Déchets du Pacifique Nord. Au mois un million de goélands et cent mille mammifères marins meurent chaque année à cause de la pollution plastique. Les survivants d’au moins 100 espèces, dont le Phoque moine d’Hawaï et la tortue Caouanne pourraient disparaître à cause des débris de plastique. Il a toujours été assumé que le nettoyage des océans était impossible e raison de l’étendue de la zone où le plastique est concentré. Utiliser des bateaux et des fillets pour récupérer le plastique prendrait environ 79 000 ans et couterait 10 milliards de dollars.

Produits chimiques :

Les études des tissus des dauphins et baleines provenant du monde entier montrent des niveaux importants de polluants organiques persistants (POP) et des perturbateurs endocriniens (EDC). Dans certains cas, le niveaux de ses substances est suffisant pour causer des dégâts au système immunitaire et reproductif.

​Extraction minière :

Pompage des déchets, travail du métal et carburants fossiles augmentent le niveau de métal finissant dans l’arctique, transporté par l’océan et le vent. Le micro-organismes convertissent le mercure inorganique en methylmercure qui passe à travers la membrane des cellules, s’accumule dans les animaux et se diffuse dans la chaine alimentaire.

​Mercure :

Le mercure est un neuro-toxique qui a un impact important sur le cerveau, particulièrement sur le fétus et les juveniles. Le mercure peut également perturber la reproduction des mammifères en altérant la formation de spermatozoïdes.

​Fuites de pétrole :

Des fuites de pétrole peuvent se produire en cas d’explosion, de fuite dans un pipeline ou d’un accident de transport. Ces fuites posent un sérieux problème à l’écosystème. De plus, dans l’arctique, il n’y a pas de méthode efficace pour nettoyer le pétrole pris dans les glaces.

​Toxines:

Des toxines entrent dans l’environnement marin depuis des sources terrestres et par la pollution de l’air. Nos activités quotidiennes comme la voiture, l’air conditionné et les produits domestiques créent des toxines. Les chercheurs trouvent régulièrement un haut niveau de toxines dans l’organisme des mammifères marins.

Réchauffement climatique

Le changement climatique, accéléré par l’effet de serre, est une menace fondamentale pour les baleines, dauphins et tortues. Il est évident que le changement climatique est e cours et que les activités humaines y contribuent, et que le climat change rapidement: tellement vite que certaines populations de baleines et dauphins ne pourront pas s’adapter.

Le réchauffement climatique va affecté les baleines, dauphins et tortues principalement par la destruction de leur habitat (en raison des plages de température distinctes de la plupart des espèces), des changement dans la nourriture disponible, la compétition entre les espèces. L’impact potentiel inclue des changements dans l’abondance, la distribution, la période et la distance des migrations.

On n’a pas encore déterminé dans quelle mesure les baleines, dauphins et tortues pourront s’adapter au changement climatique. Par exemple, le nord de l’Océan Indien est entouré par des terres, limitant la possibilité des animaux de se déplacer au nord pour trouver de l’eau plus froide.

Certaines indications montrent que certains cétacés sont déjà significativement impacts par le changement climatique. Pour les protéger, ainsi que les autres espèces, y compris nous-même, nous devons agir MAINTENANT!